Deux grands noms

Andrew Taylor Still Son fondateur, Andrew Taylor STILL (1828-1917) médecin aux Etats-Unis définit 4 grands principes :

1. « La structure gouverne la fonction » 
Still met en avant la relation entre l’équilibre des structures corporelles et la santé.

2. « Le corps humain ne fonctionne pas comme des unités séparées, mais comme un ensemble harmonieux »
L’interrelation entre les différentes zones corporelles amène l’ostéopathe à considérer le corps dans son ensemble.

3. « Le rôle de l’artère est souverain »
Une bonne circulation artérielle,veineuse et lymphatique est gage d’une bonne santé. En favorisant la mobilité des structures corporelles, l’ostéopathe contribue à améliorer la circulation des fluides corporels.

4. « Le corps possède une capacité intrinsèque à s’auto-guérir »
L’ostéopathe ne fait que « réveiller » l’aptitude d’auto-guérison du corps en l’aidant à se rééquilibrer.

 

William Garner Sutherland Un de ses élèves, William Garner SUTHERLAND (1873-1954) découvre  que le cerveau est animé d’un micro-mouvement autonome et rythmique (alternance de phases d’expansions et de rétraction) qui se transmet d’abord aux os du crâne puis à l’ensemble du corps . Il le nommera « Mouvement Respiratoire Primaire » (cf vidéo).

Cette « onde » qui parcourt le corps est un vecteur indispensable à l’équilibre qui régit notre vitalité.

L’ostéopathie « tissulaire » a pour finalité de libérer cette micro-mobilité afin qu’elle s’exprime pleinement. A ce jour nous ne disposons pas d’explication scientifique concernant ce mécanisme complexe, nous ne pouvons que le constater.  cf Etude sur le MRP de Yves Laval ostéopathe avec le concours du CNRS: « Mesure des rythmes tissulaires de la microcirculation crânio-sacrée : de l’approche manuelle ostéopathique à l‘expérimentation scientifique. » Le journal de l’académie d’Ostéopathie n° 10 – printemps 2002, pp.5-11,

La qualité de cette micro-mobilité peut-être altérée par un traumatisme physique et/ou psychologique (un accident de voiture peut revêtir ces 2 facettes), par un état de stress chronique et par certaines substances chimiques (drogue, alcool, médicaments…). Pourra apparaître alors  selon les circonstances: fatigue, douleurs, maux de tête ou de ventre, acouphènes, vertiges, troubles du sommeil et de l’attention…

 

L’expérience de Sutherland sur le « Mouvement Respiratoire Primaire »
Afin d’en étudier les effets sur l’organisme, Sutherland va essayer de bloquer ce mouvement à l’aide d’un bol en bois très serré qu’il fixe sur son crâne avec des courroies.
Il le garde plusieurs jours en notant les symptômes qui ne tardent pas à apparaître : troubles de la vue et du comportement, vertiges accompagnés de céphalées.
Il interrompt alors l’expérimentation et essaye de se soigner en libérant les articulations des os du crâne qu’il a volontairement comprimées.  Le soulagement est immédiat.

 

Deux courants ostéopathiques

1. L’approche tissulaire¹ (issue de la découverte de Sutherland) a pour objectif de restaurer la micro-mobilité tissulaire: Pour comprendre, utilisons la métaphore du fil de téléphone,

Imaginez un fil de téléphone entortillé sur lui même: C’est l’énergie qu’il a accumulé à force que l’on décroche et raccroche qui le maintient dans cet état. On va lui permettre de libérer sa charge en maintenant l’extrémité du fil et en laissant le combiné virevolter jusqu’à ce qu’il s’immobilise, moment où l’équilibre est atteint.

Lors d’un traumatisme (coup du lapin, choc, chute, stress divers…) les tissus corporels absorbent et retiennent de l’énergie. La structure est déséquilibrée entraînant une altération de la qualité du Mouvement Respiratoire Primaire. 
Cette énergie retenue ne demande qu’une chose: se libérer. Les mains du praticien constituent alors l’appui nécessaire pour permettre à la « rétention d’énergie » de libérer sa charge. Cela se fait (tout comme le fil de téléphone) par une succession de micro-mouvements que l’ostéopathe se contente d’accompagner. Lorsque l’équilibre est restauré, la structure s’immobilise un bref instant puis le Mouvement Respiratoire Primaire se remet à pulser.

¹Un tissu est un ensemble de cellules ayant la même structure et la même fonction. On distingue les tissus musculaire, osseux, viscéral, facial, ligamentaire, tendineux…

 

2.L’approche structurelle

En cas de blocage articulaire, le praticien restaure la mobilité de l’articulation en appliquant une force de faible amplitude-haute vélocité et de direction opposée au blocage. La manipulation peut s’accompagner d’un craquement qui correspond à un phénomène de cavitation (cavité de gaz présent dans le liquide articulaire qui claque comme le papier bulle qu’on écrase).  Expliquer au patient la procédure que l’on va suivre, ne jamais forcer et être précis sont les critères indispensables au bon déroulement des techniques manipulatives.