L’ostéopathie aide le nouveau-né à équilibrer les parties de son corps qui ont été fortement sollicitées lors de l’accouchement, mais également au cours des dernières semaines de la grossesse.

1. Contraintes mécaniques liées à la grossesse.

Fréquemment, cours des dernières semaines de la grossesse, le fœtus manque de place. Il s’immobilise alors dans une  posture dite « intra-utérine » qui entraîne une compression de sa colonne vertébrale et de son crâne et parfois des membres inférieurs. 

Ces bébés  ont du mal à se déployer. Leur tête semble »encastrée » dans le thorax et tournée tout le temps du même côté. Ils sont raides, se cambrent beaucoup et se jettent en arrière dés qu’on veut les enrouler vers l’avant pour la tétée par exemple. Ce déséquilibre corporel s’accompagne de signes améliorés par l’ostéopathie:

 Ils sont souvent agités, tendus, hypersensibles, gigotent en permanence, n’aime pas être mobilisés (habillage compliqué) pleurent beaucoup, régurgitent fréquemment, ont du mal à dormir et un besoin de succion permanent…

Les aider à se libérer de leurs tensions et à retrouver une bonne mobilité améliore leur confort et permet d’éviter la transformation d’une difficulté transitoire en problématique bien installée:

L’aplatissement du crâne avec toutes ses conséquences ultérieures (otites, déséquilibre postural tel que scoliose, douleurs cervico-dorsales, maux de tête précoces…)
Si l’on ne réagit pas rapidement le bébé rentre dans un engrenage: le crâne s’aplatit de plus en plus et la nuque s’enraidit atténuant, plus on avance dans le temps, une bonne récupérations. 
Conséquences sur l’allaitement: Crevasses, engorgement d’un sein ou abcès pouvant interrompre prématurément l’allaitement maternel ayant pour origine un torticolis congénital (le bébé abîme le mamelon ou dénigre le sein du côté où la rotation est difficile).

 

2. Contraintes mécaniques liées à la naissance

La naissance est une épreuve mécaniquement contraignante pouvant laisser son empreinte sur le corps du bébé (compressions de la colonne vertébrale et du crâne)
pratique de l’accouchement - J. Lansac - ed Masson pratique de l’accouchement - J. Lansac - ed Masson Faux engagement au cours de l'épreuve du travail" Pratique de l'accouchement - J Lanssac - ed Masson
Les bébés qui ne parviennent pas à équilibrer les zones sollicitées à l’excès lors de l’accouchement ne sont pas bien. Ils pleurent beaucoup, sont raides, tendus, crispés, hypervigilents, inquiets, sursautent au moindre bruit, n’aiment pas être mobilisés, ont le sommeil perturbé…
Détecter les zones déséquilibrées et y remédier par des techniques douces et adaptées améliore bien souvent leur état.