Indications ostéopathiques pour les enfants et les adolescents

La croissance physique, le développement intellectuel et l’éveil psycho-émotionnel de l’enfant lui demandent beaucoup d’énergie.
Une bonne mobilité des structures corporelles de l’enfant et une bonne fluctuation du Mouvement respiratoire primaire à travers tout le corps favorise l’harmonie de cette évolution.

Quand consulter:

  • Troubles du sommeil
  • Après un traumatisme (mauvaise chute, entorse, accident de voiture…)
  • Hyperactivité, Excitation, Troubles de l’humeur
  • Tics (l’ostéopathie détend, associée à des techniques de relaxation adéquates s’avère souvent aidant)
  • Troubles de la concentration (avoir un crâne déséquilibré, c’est comme porter un casque de moto trop petit: ça crée de l’agacement incontestablement)
  • Troubles ORL : otites à répétition, rhumes, sinusites, laryngites …
  • Succion du pouce, accroc à la tétine (un crâne déséquilibré entraîne bien souvent un besoin de succion important)
  • Traitement orthodontique, Bruxisme
  • Asthme (rééquilbrer le thorax et le diaphragme peut améliorer la situation)
  • Troubles digestifs : constipations, coliques,
  • Douleurs abdominales, menstruations douloureuses
  • Troubles urinaires : énurésie…
  • Troubles de la posture : déviation de la colonne, scoliose ou attitude scoliotique…
  • Mal de dos, Douleurs de croissance, Maux de tête…
  • Pratique d’une activité sportive intensive

En savoir plus

  • Quand le corps ne parvient pas à s’adapter après un traumatisme (chute, entorse, accident…), outre la répercussion immédiate, d’autres pourront survenir à plus ou moins long terme. Par exemple des maux de tête survenant à l’adolescence peuvent trouver leur origine lors d’un « coup du lapin » survenu durant l’enfance…
    L’ostéopathe permet de dévoiler et de « réparer » ces zones déséquilibrées parfois en attente depuis bien longtemps).
  • Troubles de l’attention, hyperactivité,trouble du sommeil,tics…
    Un crâne dense manquant de souplesse et un  Mouvement Respiratoire Primaire  qui ne s’exprime pas pleinement peut affecter le comportement de l’enfant. Restaurer la mobilité crânio-sacrée pourra s’avérer aidant dans bien des cas.

  • Scolioses
    S’assurer que la croissance de la colonne vertébrale de l’enfant se fait de façon harmonieuse est important, raison pour laquelle, consulter durant les poussées de croissance est conseillé.
    On distingue deux types de scoliose :
           – L’attitude scoliotique, 
    forme sans gravité (pas de rotation vertébrale) peut être améliorée par de l’ostéopathie en association à de la kinésithérapie.
           – La scoliose vraie (avec rotations vertébrales)
    présente des courbures rachidiennes pouvant évoluer très rapidement. Elle correspond vraisemblablement à un codage génétique ou/et à des tensions très lointaines, pouvant remonter aux postures intra-utérines, mises en sourdines durant l’enfance et s’exprimant pleinement au moment de la poussée de croissance.
    Malheureusement à l’adolescence, l’ossification crânienne et vertébrale est trop avancée pour que l’ostéopathie soit pleinement efficace.
    Dans ce cas, il est nécessaire de vous rapprocher de votre médecin traitant qui vous orientera vers un orthopédiste susceptible de préconiser la pose temporaire d’un corset pouvant apporter une solution efficace.

  • Orthodontie et ostéopathie:
    Le but de l’orthodontiste est d’équilibrer le positionnement de la mâchoire (occlusodontie), l’alignement et l’emboîtement des dents. Il utilise des appareils correcteurs pour maintenir des contraintes mécaniques qui obligeront les dents à s’aligner comme il se doit.
    Une prise en charge en orthodontie peut s’avérer indispensable car tout déséquilibre de l’occlusodontie favorise l’apparition de troubles posturaux pouvant être lourds de conséquences (douleurs, notamment vertébrales, de maux de tête,  de scoliose…)
    L’aspect esthétique, s’il n’est pas vital, peut être suffisamment important pour que l’on s’en préoccupe.

Si nous acceptons l’idée que le crâne est constitué de pièces mobiles et que le Mouvement Respiratoire Primaire, clef de voûte de l’ostéopathie, mobilise les os du crâne puis se transmet à l’ensemble du corps, la pose de tout appareillage dentaire pourra modifier la mobilité crânienne naturelle et par conséquent la qualité du MRP.

L’équilibre de l’enfant peut donc être altéré suite à la mise en place d’un traitement orthodontique mal supporté pouvant avoir les répercussions suivantes: douleurs vertébrales, maux de tête, irritabilité accrue,  fatigue, trouble de la concentration, sommeil perturbé, apparition ou aggravation d’une scoliose…
Ces effets secondaires seront amplifiés lorsque le traitement sera effectué sur un enfant ayant un crâne déséquilibré (blocage, compression…) 
Pour étayer mes propos, je vous invite à consulter L’expérience de Sutherland sur le MRP.

Dans le cadre d’un travail en collaboration avec l’orthodontiste, l’objectif de l’ostéopathe est d’aider le crâne de l’enfant à s’adapter au mieux à son appareil de correction.
Le protocole est le suivant:
– Avant la pose de l’appareil: Investigation/Traitement de la mobilité et de la souplesse des différentes structures corporelles (crâne++, colonne vertébrale++, diaphragme, abdomen, membres…). 1 à 2 consultations espacées de 3 à 5 semaines pourront être nécessaires.
-3 semaines après la pose de l’appareil, une consultation est nécessaire afin d’ évaluer l’adaptation corporelle à ce changement et libérer les zones qui en ont besoin.
-Durant le traitement, il est important d’instaurer un suivi afin d’aider l’enfant à s’adapter (si seul il n’y arrive pas) aux différents réglages réalisés par l’orthodontiste. En fonction de sa capacité adaptative, une séance par trimestre ou par semestre seront nécessaires.
– Dans les 3 mois qui suivent la suppression de l’appareil orthodontique, revoir l’enfant pour évaluer son adaptation corporelle sans appareillage pourra également être envisagé.

Il est intéressant de constater que les structures crâniennes ainsi relâchées opposent moins de résistance à la correction de l’appareillage, ce qui optimise le travail de l’orthodontiste et pourra raccourcir la durée du traitement.
Inversement, en cas de blocage de certaines parties du crâne, le traitement orthodontique peut prendre du retard, raison pour laquelle de plus en plus d’orthodontistes voient l’intérêt d’un partenariat avec l’ostéopathe.

NB: Il est à noter que la prise en charge ostéopathique chez un adulte en soin d’orthodontie peut également s’avérer bénéfique.

plus d’infos :  http://osteo-enfant.fr/